syndrome de l imposteur

Le syndrome de l’imposteur

Le syndrome de l’imposteur est une affection très courante qui fait que les gens se sentent indignes de leur position. La cause en est un ego frustré et le besoin de se comparer aux autres. De nombreuses personnes en souffrent sans en avoir conscience. Plongées dans l’ignorance, elles n’ont pas la moindre idée de ce qu’est le syndrome de l’imposteur, ses causes et pire encore, comment s’y prendre pour en guérir.

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

Par définition, le syndrome de l’imposteur, également connu sous le nom de syndrome d’incertitude, est un mal qui provoque chez les personnes qui en souffrent, un sentiment d’incertitude malsain. Cette méfiance les conduit à nier toute responsabilité pour tout résultat, tant professionnel que personnel. Selon cette théorie, les victimes nient systématiquement la dignité de leur travail et expliquent leur réussite par des facteurs externes tels que la chance, le travail, les relations ou certaines circonstances très favorables. Vous pouvez profiter d’un livre ou d’un pdf sur le syndrome de l’imposteur pour en apprendre davantage. Les personnes qui souffrent du syndrome manquent constamment d’assurance et pensent qu’ils mentent à leurs collègues, amis et supérieurs. Ils vivent dans la crainte d’être exposés. Soixante-dix pour cent de la population mondiale a connu ce sentiment au moins une fois dans sa vie. En réalité, le syndrome de l’imposteur n’est pas une maladie ou une pathologie. Il s’agit d’un état psychologique que chacun peut rencontrer dans sa vie ou son travail.

Quels symptômes permettent d’identifier le syndrome chez un individu ?

Le syndrome de l’imposteur est causé par un ensemble de fausses croyances qu’il faut réfuter pour évoluer vers un état d’esprit plus correct et, surtout, plus heureux. Il peut être identifié par plusieurs caractéristiques :

  • L’utilisation d’attributions externes pour expliquer son succès ou les événements positifs de sa vie peut être un signe d’humilité excessive.
  • Faible estime de soi et autodépréciation.
  • Haute estime de soi et perfectionnisme combinés à un doute systématique sur ses propres capacités. Une personne atteinte du syndrome de l’imposteur met trop d’énergie dans la tâche et fait preuve de trop d’empathie, ce qui peut l’amener à attribuer son succès “potentiel” à la quantité de travail plutôt qu’à ses capacités réelles.
  • Évite ou fuit les situations où il est le centre d’attention par peur d’être pris en train de tricher. De ce point de vue, il n’est pas rare qu’une personne se sabote par “l’inactivité”. En conséquence, il évite les éloges ou la reconnaissance et perd ainsi beaucoup de désagréments.
  • Blocs de pensées et/ou réflexions dans le cercle : la personne cherche à comprendre comment telle ou telle personne l’a choisi pour telle ou telle tâche. Elle cherche à identifier ses propres qualités et les raisons de son dénigrement constant.
syndrome imposteur mockup 1

Syndrome de l’imposteur : quelles en sont les causes ?

Une cause fréquente de ce syndrome est la faiblesse des attentes parentales en matière de réussite scolaire et sociale ou, au contraire, des attentes trop élevées. Le fait d’être issu d’une famille dont le statut socio-économique est faible peut également vous donner un sentiment d’infériorité sur le plan scolaire. C’est également le cas lorsqu’une personne est minoritaire dans son groupe professionnel en raison de son sexe ou de son origine. Au travail, le syndrome peut également toucher les personnes dont la carrière change fréquemment ou évolue très rapidement au cours de leur vie professionnelle. Cet état peut susciter des doutes et des craintes considérables quant à leurs véritables capacités.Le syndrome de l’imposteur, en amour, peut toucher les personnes qui ne reçoivent pas de leur partenaire la même affection qu’elles lui donnent. Il peut également survenir chez des adultes qui n’ont pas reçu suffisamment de soins et d’attention dans leur enfance.

Qui est le plus à risque en l’homme et la femme ?

Les études sur le sujet montrent que 60 à 70% des personnes ont le sentiment d’avoir été arnaquées au moins une fois. Il n’y a pas de différence entre les sexes : les hommes et les femmes sont touchés de la même manière dans tous les groupes sociaux et professionnels. Ce n’est pas le lieu de travail qui peut déclencher ce syndrome, mais la place dans la hiérarchie ou les responsabilités. Par exemple, les personnes autodidactes sans diplôme sont plus susceptibles de penser qu’elles ne méritent pas leur place et risquent également de développer le syndrome. Le syndrome de l’imposteur affecte souvent la vie professionnelle, mais il peut aussi se manifester dans la vie personnelle : dans les relations amicales, amoureuses et familiales.

Existe-t-il un test permettant de savoir si l’on souffre de ce trouble ?

Il existe un test appelé l’échelle de Krans, du nom de Pauline Rose Krans, l’une des psychologues qui a élaboré la théorie du syndrome. Il s’agit d’un test qui évalue l’estime de soi dans 20 situations différentes. Il a été mis au point pour aider les gens à détecter s’ils présentent des signes du syndrome de l’imposteur et, le cas échéant, à déterminer dans quelle mesure ils sont affectés.” Dans la pratique, cependant, ce test est rarement utilisé dans les cliniques car il n’est pas nécessaire. Un bon entretien peut très vite révéler des signes de dévalorisation ou de syndrome de l’imposteur par un test. De plus, même s’il ne connaît pas le nom de l’affection, le patient le connaît et peut très bien exprimer la douleur qu’elle provoque.

Comment soigner le syndrome de l’imposteur ?

Il existe cinq moyen pour vaincre le syndrome de l’imposteur :

  • Prenez les compliments, les commentaires positifs et les mots gentils et notez-les dans un carnet pour pouvoir les relire régulièrement;
  • Acceptez les imperfections et le fait que vous faites des erreurs;
  • Évitez l’analyse transactionnelle : parents/enfants;
  • Évitez les comparaisons;
  • Demandez-vous ce qui vous rend différent aux autres.

Comme le syndrome de l’imposteur est un mécanisme psychologique, un psychologue peut examiner l’histoire du patient et identifier les causes d’une mauvaise estime de soi, qui est en grande partie responsable du fait que le patient se sent comme un imposteur. L’objectif est d’identifier l’origine du syndrome et de corriger le comportement. Il est souvent recommandé de passer à la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), qui vise à identifier et à corriger les fausses croyances afin d’aider le patient à réinterpréter sa carrière et ses réalisations et à retrouver un sentiment de légitimité et une image positive de lui-même. Plusieurs exercices reproduisent ce travail et constituent des solutions pour le syndrome de l’imposteur.

Dans le cas où vous auriez besoin de conseils afin d’améliorer votre confiance en soi, nous vous conseillons de lire notre article à ce sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Panier
Retour haut de page